« Oui, Jacques, nous l'avons tant aimée cette révolution ! | Accueil | "La conspiration des fous..." »

03/12/2011

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

JL

Bonsoir Monsieur CHABRE,

Je partage votre conception de la politique entretenue sur votre Blog.
Je suis consterné par le niveau de tous les politiques qui nous gouvernent et il est bon de dénoncer des comportements inadmissibles.
Je tenais à saluer votre courage!

Bien cordialement

Jérôme

Lotariev

Ne plus écrire et se retirer serait laisser la voie grande ouverte aux profiteurs d'un système qui finira par crouler au détriment du plus grand nombre sous l'effet pervers des ambitions personnelles de quelques-uns.

Pour rester digne, il ne faut pas se faire complice du silence des moutons mais penser que la raison l'emportera.

Amicalement

Serge ALIBERT

Il faut du temps pour assimiler cette incroyable capacité de certains à vivre l'incohérence : j'ai de la peine à croire que je me sois à ce point trompé sur le compte de la candidate à la Mairie de Roanne qui serait aujourd’hui candidate à la députation et pourtant... les faits sont là.

J'ai cru au renouvellement des pratiques par la jeunesse de celle qui professait des valeurs qui me sont chères : non cumul des mandats, non attachement au pouvoir afin que la notion de service soit la première et non celle de "se servir", visibilité de la réalité de la différence entre politique de droite et de gauche. Que nenni.

Pour un "vieux" militant ayant toujours donné selon ses forces et très peu reçu hormis l'estime de soi et de quelques proches, ces attitudes restent un mystère.
Tant pour ce qui est de la stratégie qui sous tend de la part de son auteur, que pour ce qui est de l'engouement prolongé, la découverte de l'in-sincérité avérée, de la part des citoyens. Ces derniers pourraient signifier leur désapprobation, leur aspiration à l'éthique, mais non, il y a accoutumance à la rouerie, banalisation des pratiques anti-démocratiques. Lassitude ?

Il se trouve que j'ai pensé que les citoyens avaient une responsabilité vis-à-vis des hommes politiques, de leurs élus, donc des délégués par eux à l’organisation de la vie de la cité : il fait partie de leurs "devoirs" de les protéger des excès suscités par l'exercice déconnectant du pouvoir mal encadré, mal étayé par l'expérience de la réalité vécue par les humains. Je pense aux conséquences de l’exercice d’un pouvoir sans conscience qui comme pour la science serait destructeur d’humanité, mais aussi aux personnes dont je crois qu’elles peuvent être broyées par la machine politique et ses rouages divers et associés.

C’est sans doute parce que, enfant, 12 ans, partageant avec un camarade une chambre d’hôpital lui et moi, nous étions posés, à 12 ans cette question : nous laisserions nous pervertir par l’argent si nous étions… président ? T’en souvient-il, Marc ? Nous étions prudents, pas péremptoires, conscients de la gravité du moment. Je ne suis pas sûr que nous ayons, dans notre jeune sagesse, tranché. Mais la question est restée comme un garde fou le bien nommé. Les Beatles chantaient « Obladi, Oblada ».

Ce qui est à percevoir, est que ces stratégies ne nuisent pas qu’à leurs « victimes », mais aussi à leur auteur : comment vivre avec ces entorses à soi même, et alors que le chemin emprunté entraîne vers le bas ?

Je crois que ce dont à besoin notre contexte, c’est de preuve : « il n’y a pas d’Amour, il n’y a que des preuves d’Amour ». Et en la matière il paraît essentiel de faire la démonstration de l’esprit de service qui surpasse toute autre considération : que les parlementaires, et autres élus bien dotés (je distingue ceux qui assurent l'organisation du quotidien, au plus près du terrain, Conseillers Municipaux et Maires dont il convient par contre d'améliorer le statut) aillent volontairement vers la maîtrise de leurs indemnités, leur réduction, au nom de l’affirmation de la compréhension et du partage des difficultés, limitations et souffrances vécues par leurs concitoyens... et de la décence.

La Voix des Roannais

Je me permets de recopier ici la réponse que j'ai faite à votre article sur le blog de Venividipolitis :

Le message posté ci-dessus par Gilles Chabré me conduit à réagir en tant que responsable d'une association qui veut faire de la politique au sens noble du terme.

Pour nous en effet, la politique ne peut se concevoir comme une fin en soi mais comme un moyen de contribuer au bien-être de nos concitoyens. Par conséquent, je ne peux que partager l'indignation de M. Chabré face à ce qu'il nomme le "cynisme" de la vie politique conduisant à dire que l'important est d'être élu.

Pour autant, en vieux briscard de la vie politique, il me semble vain de jeter aux orties tout engagement sur la base du constat que l'on s'est trompé. C'est en faisant des erreurs qu'on avance. L'abandon du champ politique aux opportunismes de tout poil et aux cyniques conduit à leur reconnaître la légitimité d'occuper cet espace. C'est cette légitimité que je leur dénie, en continuant à défendre la nécessité de porter un projet de développement pour notre région. Dans un contexte troublé, il est clair que les solutions ne pourront pas venir des idéologies et des forces du passé. Il faut trouver et inventer ensemble les voies nouvelles qui permettront de surmonter les défis du XXIème Siècle.

Silvère SAY
Président de la Voix des Roannais

jm2

Oui, Gilles, pour m'être quelque peu impliqué dans la vie politique de mon petit coin de Touraine, j'ai également pu découvrir à quel point le cynisme gouverne l'action politique.

Peu importent les errements, peu importent les silences complices qui ne sont qu'une autre forme de mensonge, de cela il faudrait faire table rase pour s'unir et assurer la victoire du candidat désigné. Nous sommes là dans une acception fort restreinte de la politique, au sens de "Politikè", cet art politique qui se réfère aux luttes de pouvoir et à la gestion de ce dernier. Une conception archaïque désormais et dont je laisse le soin à d'autres d'entretenir les illusions.

Je demeure cependant un citoyen, et je veux continuer à croire que seul le politique, cette fois au sens de "Politeia" http://bit.ly/LePolitique, celui qui concerne la structure et le fonctionnement d'une société, est le seul qui puisse nous permettre d'inventer le monde de demain. Pour cela aussi restons affamés et fous http://bit.ly/SJobsStayFoolish.

Bien à toi,
Jean-Marie

(mercis à Wikipedia et à Steve Jobs)

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

mars 2019

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Google analytics

  • Add to Google
  • Google AdSens
  • Moteur de recherche
    
    Loading
  • Meta google
  • Google analytics